Histoire des bandes dessinées

Les bandes dessinées, encore appelées comics book, ou plus simplement comics, sont des publications artistiques sous forme de panneaux de dessins juxtaposés qui dépeignent des scènes individuelles. Les panneaux sont souvent accompagnés d'un court texte descriptif et narratif, le plus souvent des dialogues contenus dans des bulles emblématiques propres aux bandes dessinées. Bien que les bandes dessinées aient des origines qui remontent au Japon des années 1700 et à l'Europe des années 1830, c'est aux États-Unis qu'elles ont commencé à être populaires au cours des années 1930. Le premier comic book moderne, Famous Funnies, fut publié aux États-Unis en 1933 et était une réimpression des anciennes BD humoristiques retrouvées dans les journaux qui ont inspiré plusieurs des histoires utilisées dans les comics. Le terme « comic book » est dérivé des bandes dessinées américaines qui étaient une compilation de bandes dessinées à caractère humoristique. Cependant, cette pratique a été remplacée par le fait d'incorporer des histoires de tous genres, qui ne relèvent généralement pas de l'humour.

Les bandes dessinées comme un support imprimé existent en Amérique depuis la publication sous forme reliée de « Histoire de M. Vieux Bois » (en anglais The Adventures of Mr. Obadiah Oldbuck) en 1842, ce qui en fait le premier prototype américain connu de comics book. Les périodiques de proto-comics ont commencé à apparaitre au début du 20e siècle, et les historiens citent généralement Famous Funnies : A Carnival of Comics de 36 pages de Dell Publishing, comme étant le premier vrai comic book américain. Goulart par exemple l'appelle « la pierre angulaire de l'une des branches les plus lucratives de la publication de magazines ». L'introduction de Superman de Jerry Siegel et Joe Shuster en 1938 a transformé les comics books en une industrie majeure, et a lancé l'âge d'or des Comics. C'est de cette ère que vient l'archétype du super héros.

Les historiens scindent généralement la ligne temporelle du comic book américain en plusieurs ères. L'âge d'or a commencé avec la publication de Superman en 1938, ce qui a lancé une période de grosses ventes. L'âge d'argent des comic books est généralement considéré comme débutant à partir de la première réintroduction réussie du genre super héros qui était alors en perte de vitesse, avec le début de Flash dans le volume N°4 de Showcase (octobre 1956). L'âge d'argent a duré jusqu'à la fin des années 1960 ou le début des années 1970, période au cours de laquelle Marvel Comics a révolutionné la bande dessinée avec des super héros très réalistes. Il y a par exemple les Quatre Fantastiques de Stan Lee et de Jack Kirby, ainsi que Spiderman de Lee et Steve Ditko. La démarcation entre l'âge d'argent et l'ère suivante, à savoir l'âge de bronze, est un peu moins claire. Cette dernière ère va du tout début des années 1970 jusqu'à la moitié des années 1980. L'âge moderne des comics books s'étend du milieu des années 1980 jusqu'à nos jours, et il nous arrive de plus en plus de retrouver un thème de bande dessinée sur une machine à sous.

Un évènement notable dans l'histoire du comic book américain est survenu lorsque le psychiatre Fredric Wertham a critiqué ce support dans son livre « Seduction of the Innocent », paru en 1954. Cela a poussé le sous-comité du sénat américain sur la délinquance juvénile à mener une enquête sur les comics books. En réponse à l'attention du gouvernement et des médias, l'industrie du comic book américain a mis sur pied un organisme d'auto-censure en 1954 : le Comics Code. Ce code qui régit les bandes dessinées américaines a été rendu nul dans les années 2000.

Align-Center: